Le 6 juillet 2019, nous sommes douze à nous retrouver à la gare de Brigue pour entreprendre une marche de quatre jours. Parmi nous, Hans, accompagnateur expérimenté chargé de guider le groupe ; Béatrice, accompagnatrice chargée de la partie spirituelle ; Jean-Marie, en cours de formation d’accompagnateur ; Arabella qui traduit les interventions de français en allemand et d’allemand en français et Antoinette qui soutient nos chants en jouant de la flûte.

Cette marche suit – sans le vouloir – les traces de Gaspard Stockalper (1609-1691), un homme d’affaire si puissant qu’il fut surnommé le Roi du Simplon. On lui doit le Palais Stockalper à Brigue, le vieil hospice du Simplon, la Tour Stockalper à Gondo et – ce dont nous lui sommes reconnaissants – la remise en état du chemin muletier qui permet de passer le col du Simplon.

Notre parcours est découpé en quatre étapes. La première nous emmène de Brigue à Schallberg. Nous passons par une belle pinède avant de longer de très impressionnantes falaises sur lesquelles de frêles ponts de bois enjambent des failles et des chutes d’eau. Une montée de 700 mètres tout de même !

La montée depuis Brigue

Le lendemain, pour la deuxième étape, nous reprenons notre marche pour monter encore – 1000 mètres ! – jusqu’à l’hospice du Simplon. Cette fois, c’est à travers les mélèzes que nous cheminons. La rivière Taferna coule à côté de nous et nous ramène à la paix intérieure, thème de notre marche. Nous profitons d’ailleurs de nos pauses pour pratiquer de grandes respirations pour purifier les émotions qui nous entravent, ou, lorsque nous croisons une église ou une chapelle, pour y chanter Dona nobis pacem et autres Nada te turbe, dont le sens s’inscrit parfaitement dans notre thème. L’hospice du Simplon, où nous passons la nuit, est géré par trois chanoines du Grand-St-Bernard qui y assurent, selon leur mission, l’accueil des voyageurs.

L’hospice du Simplon et ses 130 lits, tenu par trois chanoines du Grand-St-Bernard
Le vieil hospice et son décor grandiose

La troisième étape nous amène d’abord jusqu’à Simplon Village puis, après quelques kilomètres en car jusqu’à la Vieille Caserne, le long des Gorges de Gondo. Après ces trois jours exigeants sur le plan physique, nous méritons une halte d’exception dans la Tour Stockhalper. Cet hôtel, aujourd’hui plein de charme et à la cuisine raffinée, a connu des heures sombres puisqu’il a été à moitié détruit lors des inondations catastrophiques de Gondo en 2000.

La quatrième étape de notre périple, un peu à part, nous permet de faire un saut à Domodossola pour parcourir le chemin de croix du Sacré Mont Calvaire. Ses stations consiste en petits bâtiments dans lesquels des statues grandeur nature représentent chacune des scènes de la Passion. C’est si impressionnant que ce chemin de croix a été inscrit au patrimoine mondial de l’humanité.

En conclusion : un itinéraire magnifique, exigeant et des paysages splendides : à recommander vivement !

Catégories : Marche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code