Pour les débutant·e·s comme pour les pèlerin·e·s confirmé·e·s, préparer son sac fait déjà partie du chemin. Pour que la marche soit ensuite agréable, le mot d’ordre est alors alléger, alléger, alléger ! Pour cela : n’emporter que l’indispensable, favoriser les objets multifonctions et rechercher les matériaux les plus légers.

A titre d’exemple, voici le contenu d’un sac à dos préparé en 2020 pour une marche de 100 jours, avec un départ de Suisse en été et une arrivée à Compostelle en fin d’automne. Ce sac de moins de 6 kg comprend de quoi bivouaquer, les gîtes étant incertains en cette période de coronavirus. S’y ajoutent le pique-nique et l’eau, ainsi qu’une poche ventrale avec le petit matériel à avoir portée de main et les vêtements portés sur soi.

En complément de cette liste, voici quelques remarques :

  • Un des articles les plus performants est une cape de pluie ultralégère (220 grammes) transformable en tarp (toit de tente)! C’est le parfait exemple d’un objet multifonctions d’une part et ultraléger d’autre part.
  • Pour les vêtements, les pulls sont tous en mérinos, qu’ils soient à courtes ou à longues manches. C’est une matière pleine d’avantages : poids plume, naturelle, confortable à porter, fraîche quand il fait chaud et chaude quand il fait froid, séchant rapidement.
  • Pour une marche sur plusieurs saisons, il est judicieux d’adapter les vêtements en cours de route. Dans cet exemple, les vêtements d’été ont été remplacés à mi-course, début octobre, par une doudoune et un legging en mérinos.
  • Enfin, les guides papier ont été numérisés et embarqués sur smartphone. Les modèles récents et performants permettent aussi de se passer de cartes et remplacent avantageusement un appareil photo.
Catégories : Marche

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code